Inscription à l'école primaire - L'Afrique détient le record

1542104392

Maputo — Le continent africain est celui qui a enregistré le plus fort taux d'inscription au niveau primaire dans le monde ces six dernières années. C'est le directeur général de l'Unesco qui l'a fait savoir lors de son allocution à l'ouverture de la 8ème biennale de l'ADEA.

Koïchiro Matsuura tient cette information du dernier Rapport mondial de suivi sur L'EPT (Education pour tous), édition 2008. Selon cette publication, l'Afrique subsaharienne a été le continent dans lequel le taux d'inscription au niveau primaire a augmenté le plus rapidement possible.

Un véritable saut quantitatif

Entre 1999 et 2005, le nombre d'enfants au primaire a augmenté de 36 %, soit près de 30 millions d'enfants en âge d'entrer à l'école. Ce qui de l'avis du patron de l'Unesco atteste "d'un réel progrès, accompli grâce aux efforts délibérés des gouvernements pour transformer le droit à l'éducation en une réalité concrète".

Dans son allocution du reste fort salué, le fonctionnaire international japonais n'a pu s'empêcher de saluer l'élargissement de l'éducation primaire à 9 années tel que souhaité par "l'Appel à l'action de Kigali". Il s'agit autrement dit, d'inclure les premières années du niveau secondaire de la scolarité, afin d'offrir aux jeunes élèves de meilleures chances pour disposer des compétences nécessaires à l'essor de leur société.

Cette embellie ne cache pas moins les récurrentes questions des niveaux d'abandon, sur le continent qui reste un des plus élevés de la planète. Ainsi, la partie subsaharienne de notre continent totalisent 45% des 72 millions  d'enfants non scolarisés, soit près de 33 millions de gamins, dont 54% de filles.

Pour juguler tout cela il est impératif de trouver les 3,8 millions d'enseignants manquants pour atteindre l'objectif de l'enseignement universel à l'horizon 2015.

Les adultes du continent ne sont pas logés à une meilleure enseigne d'autant qu'ils sont près de 150 millions qui ne possèdent pas les compétences de base d'alphabétisation.

"L'appel de Kigali" en guise de réponses..........

"L'Appel à  l'action de Kigali", qui se veut une vision élargie de l'éducation de base pour l'Afrique avec une introduction au minimum d'une éducation de base d'une durée de 9ans, holistique, inclusive, cohérente et sans hiatus, devrait conduire directement vers la réalisation des objectifs de développement du millénaire (ODM) et ceux de l'Education pour Tous (EPT).

Les experts restent convaincus qu'une telle approche d'apprentissage sur la durée devraient favoriser un socle de connaissances et de compétences pour les apprenants afin qu'ils appréhendent avec moins de difficultés leur entrée dans la vie active et capitalisent leurs apports au développement social et économique de leur pays.

Dans son intervention de ce jour , la nouvelle directrice du Bureau Régional de l'Unesco pour l'Education en Afrique (BREDA), la gambienne Ann Therese N'dong Jatta, posera la question des conditions préalables, dans un cadre formel ou non formel et sur l'ensemble des régions du continent, nécessaires à l'introduction d'une éducation de base portée à 10 années de durée contrairement au cursus actuel qui est de 6 ans dans la plupart des pays du continent.

Aliou Goloko

http://fr.allafrica.com/stories/200805070576.html