La Situation des enfants dans le monde 2011 - Unicef : investir dans les adolescents

l-61-Hands-with-unicef-logo



Chaque année l’Unicef publie son rapport sur la situation des enfants dans le monde. L’édition 2011 de ce rapport mondial met l’accent sur : « l’adolescence : l’âge de tous les possibles ». Dans ce rapport cette agence onusienne soutient qu’en investissant en faveur de quelque 1,2 milliard d’adolescents âgés aujourd’hui de 10 à 19 ans, on peut briser le solide engrenage de la pauvreté et des disparités.

A en croire le Directeur général de l’Unicef Anthony Lake, l’adolescence est une période charnière - elle offre l’occasion de consolider les acquis obtenus lors de la petite enfance mais c’est aussi une époque au cours de laquelle ces acquis risquent de se volatiliser. Pour ne pas perdre les acquis obtenus lors de la petite enfance, Anthony Lake soutient : « Nous devons nous focaliser davantage sur la façon d’atteindre les adolescents - les filles en particulier -, sur les investissements dans l’éducation, la santé et d’autres mesures à prendre pour les faire participer au processus d’amélioration de leur propre vie ».

« Des millions de jeunes du monde entier attendent que l’on en fasse davantage pour eux. En donnant à tous les jeunes les outils dont ils ont besoin pour améliorer leur propre vie, on favorisera l’arrivée d’une génération de citoyens économiquement indépendants qui participent à part entière à la vie civique et contribuent activement à la vie de leurs communautés », a déclaré M. Anthony Lake.


Des progrès

Des progrès, explique le rapport de l’Unicef, ont été réalisés en faveur des enfants dans le monde. Dans bien de pays le taux de mortalité a sensiblement baissé ; les filles ont pu accéder à l’école autant que les garçons. « Les investissements substantiels réalisés au cours des deux dernières décennies se sont traduits par d’énormes progrès pour les enfants jusqu’à l’âge de 10 ans. La chute de 33 % du taux mondial de mortalité des moins de cinq ans montre que l’on a sauvé  la vie d’un nombre considérable de jeunes enfants », indique le rapport de l’Unicef tout en affirmant que dans la plupart des régions, les filles ont quasiment autant de chances d’aller à l’école primaire que les garçons ; et des millions d’enfants profitent maintenant d’un meilleur accès à l’eau salubre et à des services médicaux indispensables, comme les vaccinations de routine.

A coté de ces avancées, il ya aussi des domaines qui traînent encore le pas tels que l’éducation des filles, les violences. « Plus de 70 millions d’adolescents de l’âge du premier cycle du secondaire ne sont actuellement pas scolarisés et, au niveau mondial, les filles restent à la traîne des garçons en ce qui concerne la scolarisation dans le secondaire. Faute d’éducation, les adolescents ne peuvent pas acquérir les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour éviter l’exploitation, les  sévices et la violence, des dangers auxquels ils sont particulièrement exposés au cours de la deuxième décennie de vie ».


« L’adolescence est un âge d’importance capitale »


Le rapport de l’Unicef 2011 accorde à l’adolescence une place importante. « L’adolescence est un âge d’importance capitale ». Pour l’Unicef, c’est au cours de cette deuxième décennie de la vie que les inégalités et la pauvreté se manifestent clairement. Les jeunes qui sont pauvres ou marginalisés ont moins de chances de passer du cycle primaire au secondaire lors de l’adolescence, et ils risquent plus d’être exploités et d’être victimes de sévices et de violences, comme le travail domestique ou le mariage d’enfants -surtout si ce sont des filles.

Dans le monde en développement, la situation des adolescents n’est pas du tout reluisante , les adolescentes les plus pauvres, soutient l’Unicef, risquent à peu près trois fois plus d’être mariées avant l’âge de 18 ans que leurs homologues issus des familles plus riches. « Et les filles qui se marient tôt sont celles qui risquent le plus de se trouver prisonnières d’un engrenage de naissances prématurées, de taux élevés de mortalité maternelle et de sous-nutrition des enfants. Les filles sont également plus souvent victimes de la violence domestique et/ou sexuelle que les garçons et risquent davantage de se faire infecter par le VIH ».


81 millions de jeunes  chômeurs dans le monde en 2009


Le rapport de l’Unicef sur la situation des enfants dans le monde ; édition 2011 étudie tous les domaines qui concernent les adolescents : la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable, le marasme économique actuel, le changement climatique et la dégradation de l’environnement, l’urbanisation galopante et la migration, le vieillissement des sociétés, la hausse des coûts des soins de santé, et l’escalade des crises humanitaires qui sont tous des défis auxquels font face les adolescents dans le monde.

S’agissant du travail des adolescents, les statistiques ne sont pas encourageantes. L’Unicef note qu’en 2009, on comptait environ 81 millions de jeunes  chômeurs dans le monde. Le chômage des jeunes reste donc, selon l’Unicef, un sujet de préoccupation dans presque tous les pays. Le développement galopant de la technologie ne permet pas aux jeunes d’accéder à certains emplois, pour la simple raison qu’ils ne disposent pas des compétences requises. «  Le marché du travail, de plus en plus technologique, exige des compétences que de nombreux jeunes ne possèdent pas. Il en résulte un gaspillage de leurs talents, certes, mais c’est aussi une occasion gâchée pour les communautés dans lesquelles ils vivent ».

Face aux difficultés que rencontrent les jeunes pour leur épanouissement, l’Unicef pense qu’il faut premièrement améliorer la collecte de données pour mieux comprendre la situation des adolescents et faire respecter leurs droits. C’est à ce prix qu’on pourra investir dans l’éducation et la formation afin que les adolescents aient les moyens de se sortir de la pauvreté et de contribuer à leur économie nationale.

Il est aussi souhaitable d’élargir les possibilités qu’ont les jeunes de participer et d’exprimer leur opinion, par exemple dans les conseils nationaux de jeunesse, des forums de jeunes, des initiatives de services communautaires, le militantisme en ligne et d’autres moyens qui permettent aux adolescents de faire entendre leur voix. Promouvoir des lois, des politiques et des programmes qui protègent les droits des adolescents et leur permettent de surmonter les obstacles aux services essentiels  et enfin intensifier la lutte contre la pauvreté et les inégalités par le biais de programmes adaptés aux enfants pour empêcher les adolescents d’entrer prématurément dans la vie adulte.

Blandine Lusimana T.

 

http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&task=view&view=article&id=17030&lang=