Les femmes entrepreneurs, véritable moteur de la croissance africaine

8 novembre 2010 danFemmesSociété

Les femmes africaines n'hésitent plus à créer des entre prises en Afrique. Cependant, selon la perception la plus répandue, l'entreprenariat féminin se limite au cadre de la micro entreprise, du secteur informel et se cantonne à certains secteurs de l'écono­mie.

Une étude de la Banque Mondiale vient casser cette image simpliste. Elle dé montre en effet que les femmes afri caines sont une source vive du continent et que leurs ac­tivités constituent des relais de crois sance indispen sable au dé ve lop pe ment de l'Afrique.

 

En ma tière d'entreprenariat féminin, les clichés sont dé passés

En vérité, il y a très peu de diffé rence entre les entreprises qui appar tiennent à des hommes et celles qui ap partiennent à des femmes en Afrique. Les entreprises qui sont dirigées par des femmes sont aussi bien éta blies, productives, technologique­ment compétentes et tout au tant r liées aux marchés globaux que les entre prises dirigées par des hommes.

Une différence est que la propor tion d’en tre prises qui em ploient plus de 100 em­ployés est, en moyenne, plus éle vée parmi les en tre prises qui ap par tiennent à des femmes (31 %) que parmi les en tre prises qui ap par tiennent à des hommes (24 %). Et les tra vailleurs qua li fiés et très qua li fiés consti tuent un pour cen tage plus élevé du per son nel des en tre prises que les femmes di rigent.

Non seulement les entreprises qui ont à leur tête des femmes re crutent-​elles plus de femmes que les en tre prises dirigées par des hommes, mais elles recrutent éga e­ment une proportion plus élevée d’employés féminins à des niveaux de haute qualifi­cation et de direction.

Les entreprises qui appartiennent à des femmes ont également recruté plus de per­sonnel, en moyenne, que ne l'on fait les entreprises qui appartiennent à des hommes au cours de deux périodes d’observation présentées dans l’étude.

La proportion des femmes entrepreneurs demeure insuffisante

Il est clair que les femmes entrepreneurs jouent un rôle beau coup plus important dans les économies que ce que l’on pensait auparavant. Mais leur nombre demeure insuffisant. La plupart des femmes entrepreneurs sont nécessaires pour aider à di­versifier l’économie et créer plusieurs millions d’emplois pour une population active.

Réformer l’environnement des affaires pour diminuer les obstacles qui se dressent au lan ce ment et à la ferme ture des entreprises bénéficierait à tous les entrepreneurs mais aiderait particulièrement les femmes. Les déci deurs politiques doivent aussi aborder la question des normes sociales fondées sur une distinction des sexes et les traitements différentiels dans le cadre de la loi afin d’appliquer les mêmes règles du jeu aux femmes.

Les femmes entrepreneurs peuvent devenir un mo teur de croissance

Mais malgré le fait que les femmes d'affaires prennent en général moins de risque fi­nancier que les hommes et que leurs affaires ont un taux d'échec plus faible, les banques continuent de faire la discrimination contre les femmes entrepreneurs quand il s'agit de financement.

Pourtant, l’entreprenariat féminin pourrait aider le continent africain à relever ses défis, car œuvrer en faveur de la promotion de la femme et diversifier l’économie peuvent aller de pair avec la créa tion de meilleurs emplois en plus grand nombre.

De puis l'avènement des processus démocratiques en Afrique, les femmes chefs d'en­treprise ont le vent en poupe. Mieux formées qu'autre fois, elles forcent le respect et désamorcent les préjugés les plus tenaces.