14

 

GUINEE: CONAKRY, le 01-11-2010Interview exclusive de Mme Marthe Dèdè KOIVOGUI, fondatrice de l’ONG AMEG (Association des Mères et Enfants de Guinée) basée à Conakry.

 

Marthe Dèdè KOIVOGUI qui réside en France est aussi Présidente et Fondatrice dans ce pays, d’une autre ONG appelée ADM(Les Ami(e)s De Macenta). C’est donc cette dynamique femme panafricaniste sur les bords que votre site a rencontrée pour vous. Elle nous parle sans tabou ni faux fuyant des activités de ses ONG, du gigantesque projet de réhabilitation du Mausolée du roi NZébéla Tokpa Pivi. Actualité oblige, Mme KOIVOGUI donne son opinion sur la transition qui a lieu en ce moment même dans notre pays.


<<J’exhorte tous les acteurs de la Transition à se calmer et à s’accepter mutuellement. >>
<
Guineemoderne : Qui est Marthe Dèdè KOIVOGUI?


Marthe Dèdè KOIVOGUI :
Marthe Dèdè KOIVOGUI est une femme comme toutes les autres. J’ai un master en économie et gestion, une spécialité banque assurance. J’ai longtemps travaillé dans le crédit à la consommation, été chef d'entreprise dans l'évènementiel en France, syndicaliste de la confédération générale des travailleurs(CGT), mère de cinq enfants.
Parallèlement, je suis fondatrice de l'ONG AMEG association des mères et enfants de Guinée à Conakry et présidente fondatrice ONG ADM les amis de Macenta en France,

Guineemoderne De quoi s'occupe votre ONG AMEG ?


Marthe Dèdè KOIVOGUI:
L'ONG AMEG a été créée dans un souci de bien être de la couche la plus vulnérable, donc elle s'inscrit dans une logique de recherches des moyens les plus appropriés pour venir en aide aux femmes et aux enfants que nous estimons être les grands piliers du développement de notre cher pays. Les objectifs de notre ONG se résument au tour de quatre volets principaux: Santé, Economie, Education et Environnement.

Guineemoderne Quels sont les succès mais aussi les échecs et les difficultés que votre ONG connait sur le terrain en Guinée?


Marthe Dèdè KOIVOGUI 
: Nous avons au départ souffert rien que pour être agrée, on vous demande trop de documents, on vous fait faire des aller- retours interminables, on vous fait dépenser inutilement pour tels ou tels documents parfois qui sont sans intérêts, je vous assure qu'il faut tenir, avoir la tête bien sur les épaules mais je vous assure aussi avoir de la voix et taper sur la table quand il le faut. Donc persister car il n'est pas de mon habitude d'abandonner mes convictions en cours de route donc nous avions fini par gagner, obtenir enfin le ‘’sésame’’ pour opérer officiellement sur toute l'étendue du territoire national.
Une autre difficulté vient se greffer au précédent combat, ce sont les ressources humaines et financières, sans subventions, une ONG a du mal à tenir, à suivre son plan, non seulement nous n'avons pas d'aide de l'Etat et quant aux institutions nous n'avons que des promesses de dons mais en attendant il fallait bien faire quelque chose.
Avec quelques personnes de bonne volonté, sachez tout de même que la notion de bénévolat en Guinée n'est pas trop développée donc encore une autre difficulté pour moi à d'abord former un groupe d'enseignants au volontariat.

Puis commencer à recenser des groupements de femmes par activités (vendeuses de poissons, teinturières, maraichères, vendeuses de colas etc.…), les convaincre de s'alphabétiser gratuitement, trois fois par semaines nous en profitions lors des enseignements de leur parler des droits de l'homme, de la femme et de l'enfant.
Aujourd'hui, nous subventionnons ces groupements de nos propres moyens et à l’aide des cotisations des membres. J'en suis très fière ! Nous avons mis en place avec un spécialiste les microcrédits adaptés à la réalité guinéenne, les deux parties sont très contentes et nous espérons l'étendre à toutes les régions naturelles du pays dans un futur proche.

Guineemoderne : Des ONG, venons-en au gigantesque projet de réhabilitation du Mausolée du Roi N’Zébéla Tokpa Pivi. Où en êtes-vous avec ce projet?


Marthe Dèdè KOIVOGUI:
Je ne souhaiterais pas mourir sans voir ce mausolée réhabilité, laissez- moi vous résumer en quelques mots la vie de cet homme.
N'Zébéla Tokpa Pivi était un roi au même titre que Samory Touré et Alpha Yaya Diallo dont la plupart des guinéens connaissent, ils sont chantés et idolâtrés, ont parle d'eux dans nos livres d'histoire, dans nos écoles et ailleurs,
N'Zébéla Tokpa Pivi est né en 1838 dans le petit village de N'Zébéla en Guinée forestière, Sa lutte contre la pénétration coloniale a duré 22 ans; N'Zébéla Tokpa Pivi est mort à l'âge de 71 ans. Il a été capturé par les Français dans le petit village de Gbaïpkala. Après la capture les français lui ont cassé une côte, pour l'immobiliser et l'exposer au soleil en vue de neutraliser sa phénoménale puissance. 
Cependant, c'est de maladie qu’il mourut, épuisé, en octobre 1908. 

Si l'histoire nationale doit retenir le nom de N'Zébéla parmi les grands résistants à la pénétration coloniale, pourquoi son mausolée se retrouve dans un état pitoyable indigne de l'homme de son rang?
Pourquoi le peuple guinéen ne se repentira pas en rendant un hommage hors du commun et en réhabilitant le mausolée de l'homme qui a versé son sang pour la nation?
Comment voulez-vous qu'un pays qui n'arrive pas à honorer ses morts puisse avancer et par quel miracle?

J'ai donc, comme à l'accoutumée, consulté des amis, essayé de les convaincre de cette nécessité de repentance par les arrières- petits enfants de N'Zébéla Tokpa Pivi donc tous les guinéens voire toute l'Afrique.
J'ai donc demandé à un ami bien connu dans le monde des medias, de nous mettre en place un plan de communication à cet effet, ce qu'il a pu faire en un laps de temps.
Après étude du plan de communication, nous avons décidé de créer un comité de gestion de la réhabilitation du mausolée, mon souhait est que ce comité soit présidé par mon frère Antoine sovogui qui vit aux USA, il a fait un travail énorme au niveau cette composition et il a, avec le président de l'association des jeunes de N'Zébéla à Conakry suggéré de joindre à ce projet la création du musée de la Guinée forestière, un musée qui mettrait en valeur les cultures des sept préfectures de la Guinée forestière. Alors qui dit mausolée réhabilité en bonne et due forme plus un musée dit repentance et développement touristique donc générateur de revenus pour les populations environnantes.


Guineemoderne Quel regard portez-vous sur la transition dans notre cher pays?


Marthe Dèdè KOIVOGUI: Si je me réfère aux accords de Ouagadougou signé le 15 janvier 2010 par Le Président du CNDD, Président de la République de Guinée : Capitaine Moussa Dadis CAMARA
Du Vice -Président du CNDD, Président de la République de Guinée par intérim :Général Sékouba KONATE 

Le Médiateur dans la crise en Guinée : President du Faso,Blaise COMPAORE. 

Et selon l'article 8 de cet accord, L’organisation, dans un délai de 6 mois, de l’élection présidentielle à laquelle ne participeront pas les membres du Conseil National de Transition, le Chef de l'État de Transition, les membres du CNDD, le Premier Ministre, les membres du Gouvernement d’Union Nationale et les membres des Forces de Défense et de Sécurité en activité ; 

Nous sommes totalement loin du compte du fait que notre pays n'a toujours pas de président quatre mois après le premier tour c'est tout simplement du jamais vu et très grave.
Comme si l'ethnocentrisme et le régionalisme exacerbés qui ont entaché le premier tour ne suffisaient pas, il a fallu en remettre une autre couche de haine, empoisonnement et bastonnades.
Aujourd’hui, mon pays est tout simplement pris en otage par les 3 principaux acteurs actuels, Alpha Condé, Cellou Dalein Diallo et Sékouba Konaté,
Si cette transition réussit c'est vous et si tout marche bien c'est encore vous.
Je n'arrive sincèrement pas à comprendre ce que ces acteurs- là veulent exactement pour le peuple guinéen.

Mais en ma qualité de fondatrice d'ONG humanitaire, de mère, de guinéenne, j'exhorte ces acteurs cités ci-dessus et tous mes compatriotes de se calmer car la Guinée est une famille, de revenir à la raison, au bon sentiment, de s'accepter dans la différence c'est cela même la vraie définition de la beauté.

Guineemoderne En tant que femme dynamique et engagée, que demandez-vous aux Hommes et aux dirigeants du monde?


Marthe Dèdè KOIVOGUI:
Je dirai aux Hommes(hommes et femmes) de conjuguer leurs efforts ensemble, d'harmoniser un idéal de conception de la vie pour les générations futures car des hommes, femmes et enfants bien éduqués ne peuvent être qu'un gage certain d'une nation vive, prospère et sereine,

Quant aux dirigeants de ce monde je leur dirai d'oser, d'être visionnaire, d'aller au bout de leur audace car il arrive d'oser et de s'arrêter en cours de route, REALISER LEURS AUDACES, c'est cela l'avenir, nous connaissons tous leurs paroles par cœur, leurs promesses à dormir debout donc je leur dirai aussi de grâce MOUILLEZ-VOUS on vous sèchera, et après leurs deux mandats ils doivent laisser la place aux autres, c'est cela LA DEMOCRATIE je crois, on n'est pas président à vie,

Que les grandes puissances arrêtent de nous materner parfois, l'audace dont je parle en fait partie, oser bien négocier nos ressources qui sont bradées, oser mettre en place ce plan gagnant/gagnant, pourquoi c'est l'Afrique qui perdrait toujours dans ces immenses négociations ?
Avec toutes ces immenses ressources, pas d'eau, pas de courant, pas de bonnes routes, pas une bonne santé, même pas la PAIX.

VIVE LA GUINEE !
VIVE L'AFRIQUE !

 

www.ameg-guinee.org

www.macenta.org

marthe2208@yahoo.fr

Interview réalisée par la Rédaction de Guineemoderne