Douze Belges visés par une plainte pour l’assassinat de Patrice Lumumba      

                      

         

Patrice Lumumba en 1960.

Patrice Lumumba en 1960.

AFP

        

             

                  

            Par RFI          

               

Un groupe de défenseur de droits de l'homme en Belgique compte lancer une action en justice à propos de l'assassinat de Patrice Lumumba, en 1961, ce héros de l’indépendance du pays. Plusieurs avocats belges ont décidé d’engager des poursuites pour crimes de guerre contre des responsables belges. Derrière cette procédure se trouve trois membres de la famille Lumumba.

      

                         

       

Avec notre bureau de Bruxelles

Les douze personnes citées dans la plainte présentée par la famille de Patrice Lumumba ont participé directement ou indirectement à l’arrestation, au transfert ou aux actes de tortures menés contre l’ancien Premier ministre congolais.

Ce sera au juge d’instruction chargé de l’affaire de dévoiler leurs noms, mais avant cela, la justice belge devra décider si les faits commis à l’encontre de Patrice Lumumba relèvent de crime de guerre.

« Quand on regarde les faits et qu’on les analyse sous un angle du droit international, on se rend compte finalement que la situation à l’époque correspond à la définition d’un conflit armé international et que l’assassinat de Patrice Lumumba et les faits qui sont autour sont tout simplement des crimes de guerre.

Finalement il n’y a jamais eu de suites, comme si la Belgique avait établie qu’il y avait une espèce de responsabilité mais n’avait pas tiré toutes les conséquences. Je pense que peut-être aujourd’hui on est plus à même de regarder plus sereinement ces faits et aller au bout de la démarche judiciaire, c'est-à-dire établir les responsabilités individuelles et que les victimes soient indemnisées finalement », explique Maître Christophe Marchand, avocat de la famille Lumumba.

Une commission d’enquête parlementaire belge avait reconnu en 2002 la responsabilité morale de la Belgique dans cette affaire, le gouvernement avait alors présenté ses excuses. L’enjeu de cette procédure est maintenant d’aller au-delà de la responsabilité collective. La famille Lumumba veut désormais pointer les individus responsables de ce meurtre.

A lire également :

A écouter :